PERSPECTIVES
Modélisation quantitative

Le compte à rebours s’enclenche

Le modèle de l’indice conjoncturel (IC), qui s’appuie sur une série de variables économiques et financières pour estimer la solidité de l’économie des États-Unis et prévoir la probabilité d’une récession, est entré dans un territoire « hors risque » pour la première fois dans cette période d’expansion. Bien que les risques à court terme demeurent faibles, le modèle de l’IC, à mi-parcours dans l’année, estime à 32 % la probabilité d’une récession américaine dans 12 mois, soit au-delà du seuil d’alerte indiquant que le moment est venu de renoncer aux actifs risqués. Nous avons donc inscrit certaines décotes cycliques initiales sur les actions et les titres à revenu fixe affichant une propension pour le risque.

Source : Investissements Russell, en date de juin 2019.
Les prévisions sont des prédictions des valeurs de marché et (ou) des volumes de négociation établies au moyen de diverses données d’analyse. Ce ne sont des projections ni du marché des valeurs mobilières ni d’un placement particulier.

Deux messages essentiels :

  • Nous devrions prendre au sérieux cette alerte à une récession dans 12 mois.
  • Le sort du marché n’est cependant pas scellé.

La probabilité accrue d’une récession dans 12 mois est le reflet de l’inversion de la courbe de rendement des obligations américaines à 10 ans/3 mois et d’une certaine détérioration des données macroéconomiques. L’inversion de la courbe de rendement — à condition qu’elle soit d’une durée et d’une ampleur suffisantes1 — a été jusqu’à maintenant l’un des meilleurs prédicteurs d’une récession. Dans les cinq cycles économiques précédents, une inversion de la courbe de rendement précédait en moyenne d’une année la récession. Autre élément à surveiller : le marché de la main-d’œuvre, qui servait auparavant de pilier. Des données provisoires indiquent des brèches dans le marché du travail, compte tenu de la faiblesse généralisée de la masse salariale en mai 2019. La spirale descendante de la confiance pourrait paver la voie à la récession, l’incertitude qui entoure le commerce et le ralentissement économique mondial entraînant à la baisse cette confiance chez les chefs de direction. Les entreprises mettent un frein à leurs dépenses en immobilisations, l’embauche ralentit, les revenus des consommateurs croissent plus lentement, les dépenses de consommation diminuent et la spirale continue son œuvre jusqu’à ce que la récession s’enclenche.

Au cours des derniers mois, nous avons observé un ralentissement de la croissance mondiale, une diminution de la confiance des chefs de direction et une contraction des dépenses en immobilisations. Une défaillance du marché du travail pourrait entraîner celle de l’ensemble du système. L’IC de la probabilité d’une récession dans 12 mois excède le seuil d’alerte et devrait être pris au sérieux.

Mais tout espoir n’est pas perdu. Les probabilités de récession dans 12 mois semblent indiquer que le risque, s’il est élevé, n’atteint pas encore les niveaux antérieurs à 2008. Aussi, les probabilités de récession à court terme demeurent faibles, ce qui laisse croire que cette récession n’est pas encore imminente. Selon notre scénario principal, si la Fed réduit les taux d’intérêt à deux reprises et que les conditions macroéconomiques ne s’enveniment pas, le risque de récession que reflète l’IC pourrait être ramené au-dessous de la zone d’alerte et l’expansion économique serait susceptible de se poursuivre. Pour le moment, nos modèles recommandent l’adoption d’une position défensive.

Site preferences