T
2
2022
Perspectives
des
marchés
mondiaux
T
2
2022
Perspectives
des
marchés
mondiaux

Ébranlé, mais pas déraillé

La guerre entre la Russie et l’Ukraine accroît les risques associés à la croissance à court terme pour l’économie mondiale et maintiendra l’inflation à un niveau élevé pendant plus longtemps. L’incertitude est élevée, mais les marchés boursiers sont survendus et devraient se redresser si les tensions s’apaisent au cours des prochains mois.

Rapport completRésumé

(en anglais seulement)

headshot of Andrew Pease, Global Head of Investment Strategy

Andrew Pease

RESPONSABLE MONDIAL DE LA STRATÉGIE D’INVESTISSEMENT

decorative

"Les conséquences de l’invasion sont une croissance mondiale plus faible, l’Europe étant la plus touchée, et une inflation plus élevée."

- Andrew Pease

INTRODUCTION

T2 2022 —
Perspectives des marchés:
Ébranlé, mais pas déraillé

L’invasion de l’Ukraine par la Russie crée des risques à court terme pour les marchés, mais jette également une ombre sur les perspectives à plus long terme. La menace immédiate vient des prix élevés de l’énergie, de la hausse des prix des denrées alimentaires et des chaînes d’approvisionnement perturbées. Les problèmes à plus long terme sont une nouvelle guerre froide entre la Russie et l’Occident, une augmentation des dépenses militaires et un nouveau coup porté à la mondialisation. La guerre est un moment décisif pour l’Europe, qui doit maintenant dénouer des décennies de dépendance énergétique à la Russie, accélérer sa transition énergétique durable et reconstruire sa capacité militaire.

Les marchés avaient de quoi s’inquiéter avant l’invasion, y compris l’arrivée des États-Unis. Le resserrement de la Réserve fédérale américaine (la Fed), l’impact des confinements associés à la COVID-19 sur les chaînes d’approvisionnement et l’inflation, et les perspectives en Chine de problèmes dans le secteur immobilier, d’une politique de tolérance zéro en ce qui concerne la COVID-19 et d’une réglementation autoritaire des entreprises technologiques.

Notre thème pour 2022 avant l’invasion était « La grande modération ». Nous nous attendions à ce que la croissance mondiale ralentisse par rapport à la poussée post-confinement en 2021, mais qu’elle reste supérieure à la tendance. Les conséquences de l’invasion sont une croissance mondiale plus faible, l’Europe étant la plus touchée, et une inflation plus élevée. Néanmoins, la croissance mondiale cette année devrait rester supérieure à la tendance, à condition que les hostilités s’apaisent et que les prix mondiaux de l’énergie se stabilisent. Une croissance supérieure à la tendance devrait soutenir les actions plutôt que les obligations et les liquidités, mais le conflit a créé une incertitude importante, ce qui signifie une plus grande volatilité des marchés.

Perspectives du cycle :
toujours légèrement supérieure à la tendance

Les principaux risques de cycle de la guerre russo-ukrainienne proviennent :

  • Les prix de l’énergie et leur impact sur la croissance et l’inflation mondiales
  • Les prix des denrées alimentaires, compte tenu de l’importance de la Russie et de l’Ukraine dans les exportations mondiales de blé et de maïs
  • La perturbation de la chaîne d’approvisionnement, en particulier pour les pièces automobiles et la production de semi-conducteurs

Le canal des prix de l’énergie1 est le plus important, et les prix du pétrole maintenus au-dessus
de 130 $ par baril (bbl) pourraient déclencher un ralentissement mondial beaucoup plus important et un risque de récession.

Le scénario de dommages économiques minimes suppose que les hostilités s’atténueront d’ici le milieu de l’année, que l’approvisionnement énergétique de la Russie sera maintenu, que les prix du pétrole se stabiliseront autour de 100 $/bbl et que les prix du gaz naturel européen reviendront à moins de 100 € le mégawattheure (Mwh). Beaucoup de choses doivent aller bien dans ce scénario, mais les pics de prix initiaux lorsque l’invasion s’est produite ont été largement inversés.

Prix du pétrole et du gaz naturel


Prix du pétrole et du gaz naturel


Source: Refinitiv® Datastream®, au 17 mars 2022.

Le canal des prix de l’énergie est plus important pour l’Europe en raison de la dépendance vis-à-vis des exportations de gaz russe. L’Europe obtient plus de 40 % de son gaz naturel et 20 % de son pétrole de la Russie. Les prix du gaz naturel se sont situés en moyenne autour de 20 €/mwh au cours de la dernière décennie. Ils ont grimpé à 250 € après l’invasion. L’approvisionnement en gaz naturel en provenance de Russie n’est pas encore perturbé, même si cela reste un risque, et le prix est retombé autour de 100 €. La capacité de l’Europe à se tourner rapidement vers d’autres sources d’approvisionnement est limitée. Heureusement, la crise de l’énergie se déroule en mars, vers le début du printemps nordique, plutôt qu’en octobre, à l’approche de l’hiver. Un choc de courte durée sur les prix de l’énergie devrait voir les économies européennes se redresser au deuxième semestre de l’année. La COVID-19 est devenue moins mortelle, la réouverture après la pandémie est en cours et la politique budgétaire est favorable grâce au Fonds européen de relance. Le conflit entre la Russie et l’Ukraine signifie que la politique budgétaire sera probablement un peu plus favorable. L’Allemagne s’est engagée à porter les dépenses militaires à plus de 2 % du produit intérieur brut (PIB), et le Président français Emmanuel Macron et le Premier ministre italien Mario Draghi ont tous deux appelé à des règles budgétaires moins restrictives en Europe.

L’économie mondiale était en voie de connaître une croissance nettement supérieure à la tendance en 2022. Avant l’invasion, le consensus de l’industrie était que les États-Unis connaîtraient une croissance d’environ 3,5 % cette année, l’Europe de 4,0 % et le Royaume-Uni de 4,5 %. Il est peu probable que la guerre réduise la croissance américaine de plus de 0,5 point de pourcentage, tandis que l’impact sur la croissance européenne devrait être de 1,5-2,0 points de pourcentage. Nous pouvons situer le Royaume-Uni à mi-chemin entre les États-Unis et l’Europe. Cela porte les projections de croissance du PIB pour 2022 à 3,0 % pour les États-Unis, à 2,5 % pour l’Europe et à 3,5 % pour le Royaume-Uni.

Autres risques : perturbations de la chaîne d’approvisionnement, prix des aliments

Les risques les plus difficiles à évaluer proviennent de l’intégration de la Russie et de l’Ukraine dans les chaînes d’approvisionnement mondiales et de leur importance sur les marchés des marchandises.

La Russie est un important fournisseur mondial de palladium utilisé dans la fabrication de convertisseurs catalytiques pour véhicules automobiles. L’Ukraine fournit environ 50 % du gaz néon mondial, qui est utilisé dans la production de semi-conducteurs, qui sont également essentiels à la production de véhicules automobiles. La flambée des prix des véhicules automobiles, due à la pénurie de pièces, a été l’un des principaux moteurs de la hausse de l’inflation mondiale en 2021. La guerre pourrait retarder la reprise de la production automobile mondiale et empêcher la baisse des prix. D’importants stocks de palladium et de néon devraient cependant amortir l’impact sur la production de véhicules automobiles et de semi-conducteurs.

La hausse des prix alimentaires pourrait toutefois constituer un risque important. La Russie et l’Ukraine fournissent environ un quart des exportations mondiales de blé. Les prix ont bondi de 50 % depuis le début de 2022. Une grande partie de cette offre est destinée aux marchés émergents du Moyen-Orient et d’Afrique. Les prix alimentaires sont un problème d’inflation, mais aussi un risque pour la stabilité politique dans de nombreuses économies émergentes.

decorative

"Il est peu probable que la guerre réduise la croissance américaine de plus de 0,5 point de pourcentage, tandis que l’impact sur la croissance européenne devrait être de 1,5-2,0 points de pourcentage."

- Andrew Pease

Banques centrales :
inflation plus élevée contre croissance plus lente

Les chocs inflationnistes induits par l’offre sont difficiles pour les banques centrales. Elles veulent donner l’impression d’être préoccupées par les implications à plus long terme de la hausse des prix des marchandises sur l’inflation afin d’ancrer les anticipations d’inflation à plus long terme, mais elles doivent également procéder avec prudence aux augmentations de taux d’intérêt en raison de l’impact potentiel sur la croissance.

Les marchés des titres à revenu fixe s’attendent à ce que la Fed relève ses taux six fois de plus en 2022. L’économie américaine est la plus proche de la pleine capacité et la moins affectée par la guerre entre la Russie et l’Ukraine. Nous croyons aussi que la Fed continuera de relever ses taux directeurs pour les ramener à un niveau neutre d’environ 2,25 %. Les deux indicateurs que nous surveillons pour l’action de la Fed continuent de fournir des signaux contradictoires. Le suivi de la croissance des salaires de la Fed d’Atlanta met en évidence les pressions sur le marché de l'emploi résultant de la réouverture après le confinement. Le point mort d’inflation sur cinq ans, qui mesure les attentes des investisseurs concernant le taux d’inflation moyen sur cinq ans, est toujours bien contenu. La flambée des salaires indique de nouvelles hausses de taux cette année, mais des anticipations d’inflation à long terme bien contenues signifient que la Fed n’aura peut-être pas besoin d’aller trop loin en territoire restrictif.

Le suivi de la croissance des salaires de la Fed d’Atlanta montre une augmentation


Chart 2 Atlanta Fed’s wage-growth tracker shows surge


Source: Refinitiv® Datastream®, au 22 février 2022.

La projection à plus long terme de l’inflation aux États-Unis semble bien maîtrisée


Chart 3 Longer-term U.S. inflation projection appears well-contained


Source: Refinitiv® Datastream®, au 16 mars 2022.

L’économie de la zone euro est plus éloignée de sa pleine capacité que celle des États-Unis et fait face à un coup économique plus important de la part de la Russie et de l’Ukraine. Cela signifie que la Banque centrale européenne se concentrera davantage sur les risques de croissance que sur l’inflation. Les marchés s’attendent à deux hausses de taux cette année, mais il est probable que les taux demeureront inchangés ou qu’ils n’augmenteront qu’une fois, car la hausse des prix de l’énergie ralentit la croissance économique.

Les conditions du marché de l’emploi sont plus favorables au Royaume-Uni qu’en Europe (en partie en raison du Brexit), et les prix de l’énergie menacent de maintenir l’inflation globale au-dessus
de 6 % d’ici la fin de l’année. Le revenu disponible des ménages devrait être déprimé en avril par l’augmentation de 1,25 % de la taxe nationale sur l’assurance et de 54 % du plafonnement des prix de l’énergie sur les factures de gaz et d’électricité des ménages. Le marché s’attend à ce que la Banque d’Angleterre procède à un resserrement cinq fois de plus cette année, mais la pression sur les ménages pourrait limiter cela à deux ou trois mouvements.

decorative

"La flambée des salaires indique de nouvelles hausses de taux cette année, mais des anticipations d’inflation à long terme bien contenues signifient que la Fed n’aura peut-être pas besoin d’aller trop loin en territoire restrictif."

- Andrew Pease

Implications à plus long terme de l’invasion

  1. Baisse de la mondialisation. Le contrecoup de la mondialisation a commencé avec la crise financière de 2008. Il a pris de l’ampleur avec les guerres commerciales de l’ancien président Donald Trump et a reçu un nouveau coup dur en raison de la pandémie de COVID-19. Les risques pour les chaînes d’approvisionnement mondiales causés par l’invasion déclencheront une nouvelle baisse du commerce mondial en pourcentage du PIB. Moins de mondialisation signifie moins de concurrence mondiale, moins de gains de productivité, plus de pression inflationniste et une croissance mondiale plus faible.
  2. Plus de risques géopolitiques. L’invasion a mis en évidence des lignes de faille politiques mondiales. Le partenariat « sans limites » de la Russie avec la Chine met l’accent sur la relation américano-chinoise. La sévérité des sanctions économiques contre la Russie dissuadera probablement la Chine de poursuivre ses revendications sur Taïwan de sitôt, mais les tensions persistantes resteront un point de mire permanent.
  3. Une transition énergétique propre accélérée. Le seul point positif de la tragédie ukrainienne pourrait être un élan supplémentaire pour s’éloigner de la dépendance aux combustibles fossiles. L’Union européenne prévoit d’être indépendante des combustibles fossiles russes bien avant 2030, avec des mesures d’économie d’énergie et un rôle plus important pour l’éolien et le solaire. La Chine, à son tour, peut utiliser le gaz naturel russe à prix réduit pour réduire sa dépendance au charbon.

Perspectives du marché canadien

Le Canada profitera de la hausse des prix de l’énergie et des produits agricoles en tant qu’exportateur net de marchandises, ce qui devrait également soutenir les actions. Cependant, les ménages sont les plus endettés de l’histoire, ce qui accroît les vulnérabilités économiques et oblige la Banque du Canada (BdC) à agir plus lentement que les marchés ne l’avaient prévu.

Aurores boréales

Toute prévision sur les perspectives de croissance du Canada nécessitera un recalibrage continu en raison du conflit russo-ukrainien et de l’incertitude qui y est associée. Le Canada a tout à gagner en tant que pays exportateur net de plusieurs marchandises, comme le pétrole, le blé et la potasse, que la guerre a touchés. Cependant, l’accélération de l’inflation liée aux marchandises insuffle une bonne dose d’incertitude sur les perspectives de croissance qui doivent être mises en balance avec l’augmentation potentielle des exportations. Pour l’instant, notre prévision de croissance du PIB (produit intérieur de croissance) pour 2022 est inchangée à 3,8 %. La Banque du Canada a commencé la normalisation des taux, augmentant le taux cible du financement à un jour de 25 points de base (pb) en mars à 0,50 %, et a signalé que d’autres hausses sont à venir. Les marchés prévoient sept hausses supplémentaires en 2022 (en date du 23 mars 2022, basé sur les données de Refinitiv DataStream), ce qui pourrait sembler justifié étant donné que l’inflation est proche de deux fois la fourchette supérieure de la fourchette de contrôle de 1 % à 3 % de la Banque du Canada. Cependant, nous craignons que l’endettement des ménages se soit aggravé depuis la pandémie et qu’il soit désormais plus sensible à des hausses de taux agressives. Par conséquent, nous pensons que la BdC sera mesurée dans son approche.

Il est difficile de prédire ce qui pourrait arriver avec la croissance ou la politique monétaire, car les implications du conflit russo-ukrainien sont nuancées pour plusieurs raisons :

  • Le Canada est un exportateur net de pétrole, exportant environ 60 % de la production nationale. Ainsi, lorsque le prix du pétrole augmente, le Canada profite de la valeur croissante des exportations de pétrole; typiquement, cela correspond aussi à l’amélioration de l’investissement énergétique. Cependant, les temps ont changé. La conscience climatique et la discipline d’investissement signifient que le secteur de l’énergie ne sera pas aussi rapide à augmenter ses dépenses et sa production. Nous pensons qu’une modeste impulsion des investissements est probable si les prix des marchandises se maintiennent, mais il se peut qu’elle ne soit pas aussi robuste que par le passé.
  • L’inflation persistante érode le pouvoir d’achat des ménages et peut peser sur la croissance de la consommation réelle. C’est important puisque les dépenses de consommation représentent environ 55 % de l’économie canadienne. Par conséquent, si la vigueur globale des prix des marchandises se maintient, les effets positifs des échanges et de l’investissement pourraient être compensés par une consommation réelle plus faible.
  • Les ménages sont extrêmement endettés, et c’est encore plus vrai depuis le début de la pandémie. Comme le montre le graphique 1, la dette hypothécaire résidentielle augmente à un taux annuel de 10,3 %, et elle n’a augmenté plus rapidement qu’à l’approche de la crise financière mondiale en 2008. La différence à l’époque était que le passif total des ménages était seulement 77 % du PIB, contre 131 % aujourd’hui. En d’autres termes, les finances des ménages sont aujourd’hui plus vulnérables aux chocs de taux d’intérêt. De plus, la hausse des versements hypothécaires signifie moins de dépenses ailleurs.

Le troisième point est essentiel et c’est pourquoi notre point de vue BdC est plus prudent que le consensus du marché. Nous n’excluons pas la possibilité sept hausses, , simplement au fait que les perspectives de croissance pourraient être plus vulnérables que la BdC et les marchés ne l’estiment. Les prix du marché impliquent au moins une hausse des taux à chaque réunion politique restante en 2022, dont une hausse potentielle de 50 points de base. Nous croyons toutefois que la BdC sera forcée de faire preuve de plus de patience and n’augmentera pas au tant que prévu par le marché. Nous prévoyons quatre au cinq hausses supplémentaires cette année, faisant passer le taux cible du financement de 50 % à 1,75 % contre les 2,25 % que le marché prévoit.

Une autre déconnexion digne de mention est le comportement du dollar canadien. Étant donné que l’économie canadienne a fait preuve d’une incroyable résilience malgré les confinements successifs, que les prix du pétrole ont augmenté et que la Banque du Canada a été belliciste pendant beaucoup plus longtemps que son homologue américaine, on s’attendrait évidemment à un dollar canadien plus fort. À notre grand regret, cela n’a pas été le cas. Sur la base de la relation historique entre les prix du pétrole brut et l’écart de taux d’intérêt entre le Canada et les États-Unis, le taux de change CAD/USD devrait être plus proche de 0,96 $, et non autour du niveau de 0,78 $ auquel il s’est négocié pendant la majeure partie de cette année. Mais comme le montre le graphique 2, un écart aussi important par rapport à une juste valeur implicite, fondée sur les écarts de taux entre le Canada et les États-Unis et le prix du pétrole, n’est pas sans précédent. Historiquement, des tournants majeurs, tels que les périodes qui ont suivi la bulle Internet, la crise financière mondiale, et plus récemment depuis la pandémie, peuvent entraîner une sous-valorisation croissante. Bien que nous ne nous attendions pas à ce que le CAD/USD se redresse vers le niveau implicite actuel, la convergence est possible et, par conséquent, nous voyons un modeste potentiel de hausse pour le CAD. Notre niveau qualitatif de « juste valeur » est inchangé et reste aux alentours de 0,83 $.

Graphique 1 : Aperçu de la dette des ménages

Aperçu de la dette des ménages

Source : Refinitiv Datastream, Investissements Russell. Au 31 décembre 2021.

Graphique 2 : Aperçu du dollar canadien

Aperçu du dollar canadien

Source : Refinitiv Datastream, Investissements Russell. En date de février 2022. Valeur prédite basée sur un modèle de régression à deux facteurs utilisant le pétrole brut et les différentiels de taux d’intérêt Canada-États-Unis sur 10 ans.

Perspectives sur les actions canadiennes : Écrasement du brut

La volatilité des marchés boursiers a été aggravée par l’invasion russe de l’Ukraine. Les actions canadiennes ont été une lueur d’espoir relative dans cette volatilité. L’inflation liée aux marchandises reste problématique pour les marchés et l’économie; toutefois, l’indice de référence des actions canadiennes a profité de sa répartition plus élevée dans les secteurs de l’énergie et des matériaux. Nos perspectives pour les actions canadiennes demeurent favorables. Toutefois, pour une évaluation plus vaste, nous nous penchons sur les composantes de base de notre processus décisionnel en matière d’investissement que sont le cycle, la valorisation et le sentiment :

Cycle : L’économie canadienne devrait croître au-dessus de la tendance en 2022. Bien que l’inflation élevée et le conflit russo-ukrainien introduisent de l’incertitude, si le conflit se désamorce dans un délai raisonnable, nous croyons que l’économie canadienne se portera bien et, par conséquent, le cycle est positif.

Valeur : Les attentes de croissance des bénéfices pour 2022 sont passées de moins de 10 % au début de l’année à plus de 14 % au 15 mars 2022, selon Refinitiv DataStream. La valorisation boursière s’est améliorée. Cependant, les marges de profit sont bien au-dessus des moyennes à long terme, comme le montre le graphique 3. Le maintien de marges de profit élevées avec la hausse des coûts des intrants sera un défi et, par conséquent, nous évaluons la valeur comme légèrement négative dans l’ensemble.

Sentiment : Le conflit russo-ukrainien a encore secoué un marché boursier déjà anxieux et a ralenti la dynamique des actions. Cependant, nos indicateurs techniques à contre-courant sont plus neutres. Nous évaluons que le sentiment est neutre

Conclusion : Le cycle économique demeure positif et nous préférons continuer à surpondérer les actions canadiennes par rapport aux actions américaines

Graphique 3 : Aperçu de la valorisation des actions canadiennes

Aperçu de la valorisation des actions canadiennes

Source : Refinitiv Datastream, Investissements Russell, en date de février 2022. RCBP = ratio cours-bénéfice prévisionnel sur 12 mois. MLT = moyenne à long terme, marge de profit anticipée = marge de profit sur 12 mois.

Aperçus
régionaux

États-Unis

Une reprise rapide du marché de l’emploi et des pressions croissantes sur les salaires et les prix obligent la Réserve fédérale à faire pivoter sa politique monétaire vers une position neutre plus rapidement que prévu. Le passage à des taux d’intérêt plus élevés - sans améliorations proportionnelles de la croissance économique et des bénéfices - a touché les actions au premier trimestre, en particulier celles de plus longue durée2 entreprises en croissance. La bonne nouvelle est qu’avec des hausses désormais prévues pour chaque réunion restante de la Fed en 2022, ce facteur de risque pour les marchés arrive à maturité.

La guerre en Ukraine a ajouté une incertitude supplémentaire pour les perspectives, mais les États-Unis devraient être parmi les économies les plus résilientes au monde compte tenu de leur indépendance énergétique et de leur faible part de consommation de marchandises dans le PIB. Plus largement, le cycle économique mûrit rapidement. Le marché de l’emploi est tendu, et la Fed est sur la voie d’une politique monétaire plus restrictive. Cela signifie que les risques de récession augmentent progressivement à partir des niveaux les plus bas que nous avions estimés plus tôt dans la reprise. Cependant, 2022 semble toujours être une année de croissance supérieure à la tendance, car les bilans solides des ménages et des entreprises maintiennent l’économie sur des bases solides pour le moment.

black and white map of United States

Zone Euro

L’invasion de l’Ukraine a bouleversé les perspectives de la zone euro. Avant l’invasion, la zone euro était sur la bonne voie pour une croissance économique plus forte que les États-Unis. Les pressions inflationnistes étaient plus faibles qu’aux États-Unis, les confinements associés à la COVID-19 s’atténuaient et les perspectives de croissance des bénéfices des entreprises étaient favorables aux rendements des marchés boursiers. L’invasion a créé une grande incertitude. Le principal risque provient des prix de l’énergie compte tenu de la dépendance de la région au gaz naturel et au pétrole russes. Une décision de la Russie d’arrêter les exportations d’énergie vers l’Europe, ou des gouvernements européens de boycotter l’énergie russe, pourrait déclencher une récession. Cela semble peu probable compte tenu des besoins de la Russie en revenus pétroliers et gaziers et de la dépendance de l’Europe vis-à-vis de l’énergie russe. Cela ne peut cependant pas être exclu.

Un choc de courte durée sur les prix de l’énergie devrait voir les économies européennes se redresser au deuxième semestre de 2022. Ces perspectives devraient permettre à l’indice MSCI EMU, qui reflète l’Union économique et monétaire européenne, de se redresser. L’exposition de l’Europe aux services financiers et aux secteurs sensibles aux fluctuations cycliques, comme l’industrie, les matériaux et l’énergie, et l’exposition relativement faible à la technologie devraient être un avantage, car l’activité économique se redresse et les risques géopolitiques s’atténuent..

black and white map of Europe

Royaume-Uni

L’économie du Royaume-Uni a commencé l’année sur une bonne lancée, mais elle devrait ralentir en raison du resserrement de la Banque d’Angleterre (BdA), des prix élevés de l’énergie découlant de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et d’une augmentation prévue des cotisations d’assurance nationale (en fait une hausse d’impôt) pour aider à financer le National Health Service. Il est possible que le gouvernement assouplisse la politique budgétaire ou retarde la hausse des taxes en raison des vents contraires sur les prix de l’énergie, mais cela n’empêchera probablement pas l’économie de ralentir. La Banque d’Angleterre a relevé trois fois son taux directeur à 0,75 %. Les marchés des titres à revenu fixe prévoient quatre à cinq autres hausses de taux cette année, ce qui porterait le taux de base à près de 2,0 %. Ce serait un nouveau coup dur pour les finances des ménages puisque la plupart des taux d’intérêt hypothécaires sont liés au taux de base.

Malgré les inquiétudes entourant l’économie, l’indice FTSE 100 a été l’un des marchés boursiers les plus performants cette année. La plupart des entreprises de l’indice génèrent leurs revenus en dehors du Royaume-Uni L’indice FTSE 100 est fortement exposé aux prix des marchandises et aux actions financières qui bénéficient de taux d’intérêt plus élevés et presque pas aux actions technologiques sous pression. L’indice est le moins cher des principaux marchés boursiers et offre un rendement en dividendes de 3,75 % en mars 2022.

black and white map of United Kingdom

Japon

L’économie japonaise a déçu par rapport aux attentes jusqu’à présent en 2022. Alors que nous nous attendons toujours à une croissance supérieure à la tendance, le conflit en Ukraine et les confinements à tolérance zéro en Chine ont ajouté des vents contraires. Le Japon est un importateur de produits énergétiques et alimentaires et est exposé à des prix plus élevés en raison du conflit. Après les États-Unis, la Chine est le deuxième marché d’exportation du Japon. Toute perturbation de l’activité chinoise aura un effet d’entraînement sur l’économie japonaise. La Banque du Japon est encore loin de relever ses taux d’intérêt, le taux d’inflation au Japon étant actuellement inférieur à 1 %. Les actions japonaises semblent légèrement moins attrayantes que d’autres marchés non américains (à savoir, l’Europe et le Royaume-Uni) en ce qui concerne les valorisations, tandis que le yen japonais semble carrément bon marché.

black and white map of Japan

Chine

Le gouvernement chinois a récemment annoncé un objectif de croissance du PIB
de 5,5 % supérieur aux attentes pour 2022. Cependant, l’économie continue de subir des pressions, et nous nous attendons à ce qu’il faille beaucoup plus de mesures de relance pour se rapprocher de l’objectif de croissance. La COVID-19 continue de poser un défi à l’économie chinoise en raison de l’approche de tolérance zéro du gouvernement. Une récente épidémie a entraîné des confinements à Shenzhen et dans certaines parties de Shanghai, qui sont toutes deux économiquement importantes. Cela posera des défis à court terme à la chaîne d’approvisionnement électronique (Shenzhen est responsable d’une grande partie de la production d’iPhone). Le secteur immobilier est toujours dans une situation précaire, avec des volumes de ventes faibles et un crédit des promoteurs immobiliers montrant des signes de tension. Compte tenu de l’accent mis sur la stabilité économique dans la perspective du Congrès national du peuple à la fin de l’année, nous prévoyons que la Banque populaire de Chine adoptera d’autres mesures d’assouplissement, notamment une baisse des taux d’intérêt, et davantage de dépenses budgétaires dans le forme de dépenses d’infrastructure.

black and white map of China

Canada

Le Canada devrait profiter de la hausse des prix des marchandises, en particulier des prix de l’énergie. Nos prévisions de croissance du PIB pour 2022 demeurent inchangées
à 3,8 %, mais l’accélération de l’inflation des marchandises ajoute de l’incertitude à ces perspectives. La Banque du Canada (BdC) a commencé à normaliser les taux, haussant son taux cible du financement à un jour de 25 points de base en mars pour le porter à 0,50 %, et a annoncé d’autres hausses. Les marchés prévoient de six à sept autres hausses en 2022, ce qui peut sembler justifié étant donné que le taux d’inflation global approche le double de la fourchette supérieure de 1 % à 3 % de la BdC. Cependant, l’endettement des ménages a augmenté depuis la pandémie, et les ménages sont maintenant plus vulnérables aux hausses de taux agressives. Nous pensons que cela rendra l’approche de la BdC plus mesurée, ce qui pourrait entraîner une hausse supplémentaire trois à quatre fois cette année.

black and white map of Canada

Australie et Nouvelle-Zélande

L’Australie en est aux premiers stades de la réouverture, alors que la plupart des restrictions pandémiques ont été supprimées. Bien que la hausse des prix de l’énergie puisse freiner légèrement la consommation des ménages, l’Australie est un grand exportateur de gaz naturel, de charbon et de blé, et son économie devrait bénéficier de la hausse des prix des marchandises. Le marché de l’emploi s’est resserré au cours des trois derniers mois, mais la croissance des salaires est restée raisonnablement contenue. Cela permet à la Reserve Bank of Australia (RBA) d’être plus patiente que nombre de ses homologues mondiaux. Nous pensons que la tarification du marché pour les hausses de taux d’intérêt de la RBA est trop agressive, mais nous nous attendons à ce que la RBA augmente ses taux au moins une fois cette année. Les élections fédérales australiennes de 2022 doivent avoir lieu d’ici le 21 mai, avec un potentiel de relance budgétaire (destiné aux ménages) alors que le gouvernement sortant de Morrison tente de combler son déficit dans les sondages d’opinion publiés.

L’économie néo-zélandaise est également en cours de réouverture après les perturbations du second semestre 2021 dues à la politique associée à la COVID-19. Les frontières internationales sont sur le point de s’ouvrir aux visiteurs vaccinés, ce qui devrait donner un coup de pouce au côté des services de l’économie qui dépend du tourisme. La hausse des prix des marchandises devrait frapper plus durement la Nouvelle-Zélande que l’Australie, étant donné qu’elle est un importateur net d’énergie. Le marché du logement devrait encore s’affaiblir tout au long de 2022 avec l’entrée en vigueur de la hausse des taux hypothécaires. Nous prévoyons que la Reserve Bank of New Zealand continuera d’être l’une des banques centrales les plus agressives au monde.

black and white map of Australia/New Zealand
decorative

"Les actions japonaises semblent légèrement moins attrayantes que d’autres marchés non américains (à savoir, l’Europe et le Royaume-Uni) en ce qui concerne les valorisations, tandis que le yen japonais semble carrément bon marché."

- Andrew Pease

Préférences de catégorie d’actif

Notre processus de prise de décisions en matière de placement fondé sur le cycle, la valeur et le sentiment considère toujours les actions américaines comme coûteuses. Le Royaume-Uni et les marchés émergents sont à leur juste valeur et l’Europe n’est que marginalement chère après les récentes baisses du marché. Le marché japonais, difficile à évaluer, est également légèrement cher.

La guerre russo-ukrainienne a accru les risques et l’incertitude entourant les perspectives du cycle. Dans l’ensemble, nous nous attendons toujours à ce que le cycle soit favorable aux actions mondiales et reste un vent contraire pour les obligations d’État. Dans notre rapport sur les perspectives des marchés mondiaux 2022, nous avons indiqué qu’une croissance supérieure à la tendance et des taux d’intérêt à long terme plus élevés favoriseraient les actions cycliques et de valeur par rapport aux actions technologiques et de croissance. Le reste du monde, en particulier l’Europe, surpondère les actions de valeur cycliques, tandis que les États-Unis surpondèrent davantage les actions technologiques. La guerre a compliqué ces perspectives en raison des révisions à la baisse des perspectives européennes et de la hausse des prix des marchandises. Même ainsi, les actions cycliques/de valeur ont surperformé jusqu’à présent cette année. Les arguments en faveur d’un nouveau rendement supérieur sont désormais plus faibles, mais il pourrait y avoir davantage de gains si les hostilités s’atténuaient et si les perspectives de croissance européenne s’amélioraient au second semestre de l’année.

La guerre Russie/Ukraine a ajouté aux défis auxquels sont confrontés les marchés émergents (ME). L’économie chinoise était déjà sous pression en raison du ralentissement de l’immobilier et de la faible croissance du crédit. Cette situation a été aggravée par le confinement des grandes villes en raison de la politique de tolérance zéro associée à la COVID-19 et a été encore exacerbée par la flambée des prix de l’énergie et des marchandises. L’indice MSCI China a pris un coup en raison des craintes que la répression réglementaire contre les entreprises technologiques ne soit pas terminée. Les marchés émergents plus larges sont confrontés aux difficultés du resserrement de la Fed, d’un dollar américain plus fort (USD), de la hausse des prix alimentaires et d’une énergie plus chère. Les marchés émergents pourraient effectuer un revirement si, comme cela semble probable, la Chine entreprend des mesures de relance importantes et que les prix des marchandises se replient dû à l’apaisement des hostilités en Ukraine. Pour l’instant, cependant, une position neutre est justifiée.

Le dollar américain a fait des gains cette année grâce à la férocité de la Fed et à son attrait en tant que valeur refuge en période de conflit mondial. Des devises telles que l’euro et le yen apparaissent désormais nettement sous-évaluées à plus long terme. Les incertitudes entourant les perspectives sont grandes, mais il y a un cas de faiblesse du dollar au second semestre si la Russie se retire de l’Ukraine et si la Fed devient moins belliciste à mesure que les pressions inflationnistes diminuent. La faiblesse du dollar devrait soutenir le rendement des marchés autres que les États-Unis et aidera à compenser certains des obstacles auxquels font face les marchés émergents.

Le sentiment à l’égard des marchés boursiers est fermement survendu, mais pas encore au niveau de panique atteint fin 2018 et début 2020. L’incertitude du cycle signifie que nous attendons des signes plus clairs de panique du marché avant de recommander une position de risque.

Indicateur composite à contre-courant : Sentiment pour les marchés boursiers toujours en dessous du niveau de panique


Chart 4 Composite contrarian indicator: Sentiment for equity markets still below panic level


Source : Investissements Russell. Dernière observation : 17 mars 2022. Les indicateurs contraires du sentiment des investisseurs donnent une mesure numérique du pessimisme ou de l’optimisme des acteurs du marché au fil du temps.

  • Malgré l’invasion de l’Ukraine par la Russie, nous avons une petite préférence pour les actions développées non américaines par rapport aux actions américaines. Si les hostilités s’apaisent, une croissance mondiale supérieure à la tendance devrait favoriser des marchés non américains relativement moins chers.
  • Les actions des marchés émergents font face à des obstacles liés au ralentissement en Chine, aux prix élevés de l’énergie et de l’alimentation, ainsi qu’au resserrement des banques centrales dans d’autres économies des marchés émergents afin de contenir les pressions inflationnistes. Les actions des marchés émergents pourraient se redresser s’il y a des mesures de relance importantes en Chine au début de l’année, si la Fed ralentit son rythme de resserrement, si les prix de l’énergie baissent et si le dollar américain s’affaiblit. Pour l’instant, une position neutre est justifiée.
  • Les écartes entre les crédit à Haut rendement et les crédits de première qualité se sont élargis suite à l’invasion russe de l’Ukraine. L’écart du crédit de première qualité est revenu à sa moyenne à plus long terme, mais l’écart du crédit de haut rendement reste faible par rapport aux normes historiques. Les écarts du haut rendement seront menacés si le conflit russo-ukrainien s’intensifie, mais pourraient bien performer si les hostilités se calment et si les perspectives du cycle s’améliorent. Compte tenu des incertitudes, nous avons une perspective neutre sur les marchés du crédit.
  • Les valorisations des obligations d’État sont mitigées après le récent dégagement, les obligations américaines étant désormais correctement valorisées et les obligations japonaises, allemandes et britanniques toujours chères. Les taux de rendement subiront des pressions à la hausse en raison des hausses continues de l’inflation et de l’attitude ferme des banques centrales. Un élément positif pour les obligations d’État est que les marchés ont pleinement évalué le resserrement potentiel par la plupart des banques centrales, ce qui devrait limiter l’ampleur de tout nouveau dégagement.
  • Actifs réels: Infrastructure cotée mondiale a été l’une des catégories d’actifs les plus performantes jusqu’à présent cette année, bénéficiant d’une exposition à l’énergie, tandis que les fiducies de placement immobilier ont affiché des rendements négatifs. Les deux devraient en bénéficier si les hostilités entre la Russie et l’Ukraine se calment, si la reprise après la pandémie continue et si les craintes d’inflation persistent, même si l’infrastructure cotée mondiale devrait rendre une partie des gains des infrastructures énergétiques. Les Marchandises ont été la catégorie d’actifs la plus performante, les prix de l’énergie et de l’agriculture ayant flambé suite au conflit russo-ukrainien. Certains de ces gains seront annulés si les hostilités s’apaisent, mais la forte demande mondiale et les goulots d’étranglement de l’offre devraient soutenir les prix. Les prix de nombreux contrats à terme sur les marchandises sont désormais inférieurs au prix actuel (connu sous le nom de déport) après de nombreuses années où l’inverse était le cas. Le déport offre un taux d’intérêt comparable à un rendement pour les investisseurs dans des fonds de marchandises. L’un des risques pour les marchés des marchandises est que la relance économique chinoise soit trop faible pour empêcher un nouveau ralentissement. Dans l’ensemble, les arguments en faveur de l’exposition aux marchandises restent positifs.
  • Le dollar américain a gagné du terrain cette année grâce au durcissement de l’attitude de la Fed et à son attrait de valeur durant le conflit entre la Russie et l’Ukraine. Il devrait s’affaiblir si les hostilités s’apaisent et si la baisse de l’inflation plus tard dans l’année se traduit par un resserrement moins prononcé de la Fed que ce que les marchés prévoient actuellement. Les principaux bénéficiaires sont probablement l’euro, qui est devenu davantage sous-évalué, et le yen Japonais, qui s’est affaibli en raison de l’inflation des prix des marchandises et des préoccupations de la Chine à l’égard de la croissance. Nous croyons également que la livre britannique et les « monnaies de marchandises » sensibles sur le plan économique – le dollar canadien, le dollar néo-zélandais et le dollar australien – peuvent générer des gains supplémentaires.

Rendement des catégories d’actif depuis le début de 2022


Chart 5 Asset-class performance since the beginning of 2022


Source: Refinitiv® Datastream®, as of March 17, 2022. (L) signifie devise locale.

decorative

"Le sentiment à l’égard des marchés boursiers est fermement survendu, mais pas encore au niveau de panique atteint fin 2018 et début 2020."

- Andrew Pease

1 Un canal de prix se forme lorsque le prix d’un titre est secoué par les forces de l’offre et de la demande. Ces forces affectent le prix d’un titre et la domination d’une force détermine la direction de la tendance du canal des prix.

2 La longue durée fait référence aux sociétés dont les flux de trésorerie sont attendus à plus long terme, généralement la technologie et les sociétés dont les taux de croissance des bénéfices futurs attendus sont élevés.

Rapports antérieurs sur les perspectives des marchés mondiaux